FRAIS DE PORT OFFERTS* RETOURS GRATUITS EXPÉDITION SOUS 24H OUVRÉES

Dans ma KABANES – Interview La Petite Mort

Pour en savoir plus sur Andrea…

Jeune femme ambitieuse originaire du Pérou, Andrea Sanabria Oviedo, est membre du label de designer Une autre Mode est Possible. C’est à la suite de recherches sur les matières naturelles et d’un travail sur le design d’une future collection, qu’elle décide de créer sa marque. Ainsi, fin mars/début avril 2016, La Petite Mort est lancée.

À l’origine, le projet visait à développer les liens entre l’Amérique latine et l’Europe. Nombreuses maisons de mode travaillent avec des matières premières originaires de la région mais cela ne s’apparentait qu’à de la simple exportation.

En créant sa marque, Andrea souhaite jouer le rôle de tisseuse de lien, mettre en avant les savoir-faire latino-américains, casser les stéréotypes et raconter une histoire à travers les matières.

Pour elle, le focus s’est tout de suite fait sur la qualité des matières naturelles et bien sûr, l’aspect humain y était inévitablement lié. Ayant grandi entourée de ses actuels fournisseurs, il était important pour Andrea de mettre en avant les gens et leur savoir-faire à partir du premier maillon de la chaîne.

C’est seulement par la suite, en découvrant que des alternatives éco-responsables étaient en train de se développer que l’idée de créer une marque liée à la slowlife ou à l’éco-conception apparait.

La Petite Mort – Organic streetwear

Andrea valorise le côté éco-responsable dans ses processus de conception et de production. Par exemple, chaque pièce est « 100 %», c’est-à-dire qu’elle n’est composée que d’une seule et unique matière. De plus, les pièces ne sont pas seulement susceptibles d’être recyclables, elles sont également conçues pour être compostables à la fin de leur vie utile.

Durant la création de sa marque, Andrea a dû faire face à tout un tas de problèmes au niveau de la production, du sourcing, des ventes… Mais le plus difficile fut la communication. Bien qu’installée à Paris depuis quelques années, son réseau était très minimaliste. Sans grand budget pour la communication, elle lance alors sa marque discrètement, puis réussit petit à petit à la faire grandir grâce au bouche à oreille, aux réseaux sociaux et à quelques événements.

 « Mon but en tout cas c’est d’apporter une autre option plus éthique, plus clean et en même temps relax. » Andrea

Cela peut sembler contradictoire, mais selon la créatrice, ce sont les pièces les plus simples qui sont les plus riches car elles peuvent s’intégrer facilement à n’importe quel look. D’où l’importance de construire sa garde-robe sur des basiques de qualité. L’idée est de pouvoir composer des looks avec des pièces qui possèdent des détails presque imperceptibles, qui leur donnent du caractère mais qui restent discrètes. Celles à qui l’on trouve un petit « quelque chose » malgré leur allure simple.

Pour homme ou femme, peu importe, la plupart des pièces d’Andrea sont unisexes. Ses pièces s’adressent à un public « easy going » qui aime le confort et qui est sensible au toucher, aux matières, tout comme la créatrice.

Andrea Sanabria Oviedo a donc tenu le pari qu’elle s’était fixée, en créant une marque riche et luxueuse tout en restant eco-friendly. On a hâte de découvrir ses prochaines collections !

Aucun commentaire

Les commentaires sont clos